Cabanas Nanambiiki.

Le projet se situe dans la communauté Kichwa de Campo Cocha, à côté de Tena.

Crée en 1968 suite au regroupement de quelques familles, la communauté a une existence juridique sous la forme d'association depuis 1998. 60 familles indiennes sont  regroupées sur un terrain de 460 hectares le long du fleuve Arajuno et disposent d'une forêt primaire de 2500 hectares.




Les indiens Kichwas, comme ceux de la communauté de Campo Cocha appartiennent à une culture séculaire, ancestrale. A 95% ils vivent de la forêt, c'est leur "garde manger ". Par le contact avec le monde occidental, ils ont modifié leur comportement vestimentaire en supprimant les vêtements traditionnels, mais ils gardent leur vision cosmique, la pratique de la médecine traditionnelle, le chamanisme, les coutumes. Le Kichwa reste la langue communément parlée au sein de la communauté. Ce sont en majorité des chasseurs, pêcheurs et cultivateurs et depuis peu ils se lancent dans des activités économiques modernes comme l'agriculture et le tourisme. Cependant ils manquent de formation, de vision à long terme pour s'insérer dans le monde moderne, d'où leur équilibre entre ses 2 cultures.

 

La forêt équatorienne possède de grands gisements de pétrole sur son territoire. Ces derniers sont actuellement exploités par les compagnies de pétrole américaines telles que Texaco et Gulf. Cette exploitation n’est pas sans impact pour l’environnement et pour les populations avoisinantes.

 

Les bénéfices pour les populations sont temporaires et concernent très peu de monde de la communauté. Les exploitations emploient des gens sur des périodes courtes (1,2 voir 6 mois), uniquement le temps de la mise en place des puits de forage ensuite très peu de personnes restent employés pour effectuer l’entretien de ces sites. Les familles sont nourries par la compagnie mais sur peu de jours et très peu de famille en bénéficie.

Tous ses bénéfices ne pourront jamais compenser les problèmes environnementaux et sociaux qui arrivent :

    - Destruction de la forêt primaire

    - Atteintes graves à la flore et faune

    - Réduction des cultures vivrières

    - Contamination des sols

 

Suite à ces 2 constats, la perte de la culture et le manque d’information sur la protection de l’environnement certaines personnes de la communauté ont décidés de se prendre en main et de faire changer les choses. Elles veulent revaloriser leurs cultures et les plantes ancestrales telle que les plantes médicinales.

 

Pour cela de nombreuses réunions  avec les "guérisseurs, tradipraticiens" et les personnes intéressées de la communauté ont eu lieu. Suite à quoi un groupe a été crée. Avec l’aide d’une volontaire Française, ils ont élaborés un feuillet sur les plantes médicinales et leurs utilisations. Autour des cabanes le groupe a planté un grand nombre de plants médicinaux pour constituer un jardin botanique.

 

L'initiateur de ce projet touristique, César, lutte depuis plusieurs années pour sa communauté et les droits des indiens Kichwa. Les cabanes Nanambiiki sont le fruit de cette lutte perpétuelle contre les différentes exploitations de la région pour protéger et conserver son environnement et sa culture.

 

Parce que sa croyance se porte sur la protection, le respect et l'apprentissage des connaissances de la forêt Amazonienne et de la culture ancestrale de ses habitants, César a mis en œuvre en 2003 les cabanes Nanambiiki. Nolwenn depuis 2004 partage avec César sa vie et l'aide à développer le projet dans sa globalité

 


Le projet est composé de trois cabanes, dont deux sont exclusivement destinées au logement, la troisième cabane faisant office de cuisine et de comedor (salle à manger) et d’espace de vie.

Pour l’instant les cabanes ont une capacité d’accueil de 20 couchages

Les cabanes sont toutes réalisées avec les matériaux de la forêt (bois, toits de feuille de palmier) respectant l’architecture traditionnelle Kichwa.

Elles sont implantées près d’une forêt secondaire et entourées de plantations :

manioc, bananiers, papayers, plantes ornementales et médicinales,…

 


Tout à proximité, le fleuve Arajuno avec sa petite plage permet tranquillement de prendre un bain sous le manteau de la forêt amazonienne.

Du point de vue de la gastronomie, des petits plats locaux sont concoctés avec les ingrédients du jardin et du marché indien aux saveurs garanties !!

L’opportunité aussi de goûter, en autres, aux traditionnels yuca (manioc) et platano (bananes) sous toutes  leurs formes, cœur de palmier, cacao blanc, du poisson cuit en maito (emballé dans des feuilles et cuit au feu de bois), de nombreux fruits exotiques et bien d’autres gourmandises.

 


Les cabanas Nanambiiki proposent les activités suivantes sous forme de forfait de 1 à 3 jours ou plus :
 

- Marche en forêt vierge : forêt primaire de la communauté de 2500 hectares constitué de fleuves et miradors naturels qui permettent de découvrir la canopée et les fleuves Arajuno et Napo.

- Marche d'une ou plusieurs journée(s), avec nuit en forêt chemins de randonnées sur la trace des animaux (un niveau minimum de marche est recommandé)

- Explication de l'usage des plantes médicinales.

- Marche de nuit pour observer les insectes et écouter les 10 000 sons de la vie nocturne.

- Descente des fleuves Arajuno et Napo en pirogue pour ressentir l'harmonie qu'il existe entre l'eau et la forêt.

- Visite du musée " Sacha Samay", musée crée par une famille de la communauté de Campo Cocha sur les techniques de chasse et sur la culture traditionnelle quechua.

- Visite du parc « Amazoonico », parc animalier, crée par des Suisses, pour recueillir les animaux provenant du trafic animalier. On y découvre toute la faune incroyable de la région.

- Découverte de la culture Kichwa: visite de la communauté et moments de partage dans une famille.

- Découverte des techniques pour laver l'or : la batée et le système de tamis.

- Découverte de différentes techniques d'artisanat : tissages, mucawas (céramiques) et le Balsa.

- Fabrication artisanale de chocolat à partir de notre récolte.

- Visite des projets de la communauté.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :