La vie en communauté

Publié le par Clo et Pierre

Ca fait un peu plus d’une semaine que nous sommes à San Francisco. On prend le rythme de vie de la communauté, levé entre 6h et 7h, et couché vers 21h. Les gens vivent en fonction du soleil ou plutôt du jour.

Le matin et le soir, on voit passer devant la maison des troupeaux de quelques moutons, vaches, lamas, cochons que les femmes mènent aux champs.

 Ce sont elles qui les gardent toute la journée. Elles s’occupent aussi des travaux dans les champs, de leur maison, de leur enfant. Dans les communautés, les revenus sont devenus insuffisants pour faire vivre la famille. Les hommes partent dans les villes (à Riobamba à 20 km) pour chercher du boulot pour la semaine comme maçon. Les femmes prennent alors en charge l’organisation de la vie de la communauté et de leur famille.


Des groupes  de « mujeres » (groupes de femmes) ont été crées pour permettre la mise en place des projets. Elles prennent des décisions collectives concernant les différents points important de leur quotidien : répartition des bénéfices de la communauté entre les habitants, lancement et fonctionnement des projets, entretien du village…

Chaque point est débattu entre les femmes, et la décision doit être prise par consensus. Ces réunions peuvent parfois être très longues.

Nous avons été invités à l’une de ces réunions, où nous avons pu présenter notre projet de reportages sur leurs micros entreprises.

 

Pour s’intégrer à la communauté, nous avons participé à un travail communautaire (minga). Ce sont des journées de travaux où une personne de chaque famille doit être présente. Les travaux peuvent être très différents : nettoyage de canaux d’irrigation, entretien des chemins, création de sentier, construction d’un bâtiment…

Cette organisation fait partie du fonctionnement traditionnel de la communauté. Les jeunes générations vivent de plus en plus dans les villes et perdent peu à peu cette culture d’entraide communautaire.

C’est pour cela que des mesures sont prises pour sanctionner ceux qui ne sont pas présent aux mingas (amende de 10$).

 

Pierrick nous a présenté les différentes micros entreprises de la communauté et les responsables de chacune : musée, restaurant, artisanat et filature concernant le lama, fabrique de confiture, de fromage, atelier de couture, charcuterie, fabrique de savon et shampoing, fabrique de pâtes.


 

De lundi à mercredi nous allons à Banos pour participer à une réunion du CEFAL. Pendant ces trois jours des personnes responsables de projets en Equateur se rassemblent pour parler de leur vision du pays, de son l’évolution et de leur implication. C’est une rencontre qui va être intéressante pour nous car nous allons pouvoir rencontrer des personnes impliquées dans la vie de l’Equateur.

 

A partir de jeudi, de retour dans la communauté les reportages commencent.

Publié dans Voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

steph 28/11/2008 03:39

contente d'avoir des nouvelles je suis surement la plus proche de toi en ce moment (du moins de la famille) puique je suis en martinique....
je fais de la chasse ssous marine et j'ai eu deux poissons perooquet, un cardinal et une sèche. Pas mal pour un début.
Je t'embrasse très fort, je epense à toi et et prie pour toi
un bisous à pierrot aussi
steph

laurie anne 20/11/2008 20:02

buennos dias
lequateur jespere quil ne fai pas tro froid !!
bonne continuatiion a vouss
et bOn courage
vous avez realise votre reve bravO

jean-bernard 10/11/2008 10:18

ce jour 2 eme du vendee globe ,1er de ma participation à votre voyage, une question, qu'est ce que le CEFAL.
allez vous bien, quel temps , du fond d l'ardeche , nous suivons votre periple; grosses bise J-B Maryse

Clo et Pierre 15/11/2008 16:07


Le CEFAL, c·est la cooperation episcopale d·amerique l·atine. En gros, c·est une reunion ou toutes les personnes qui s·engagent dans des projets en Equateur se reunissent et partagent leurs
experiences. Ils reflechissent  sur l·evolution du pays (nouvelle constitution et nouvelle campagne presidentielle prevue en Mars), et sur leur façon de s·engager aupres de la population.